allaitement maternel pour votre bebeLe lait maternel est le lait le plus adapté à l’enfant. D’après l’OMS (Organisme Mondial de la Santé), il devrait être la seule et unique nourriture du nourrisson jusqu’à ses 6 mois.

En France, le taux d’allaitement à la naissance reste élevé, environ 71 %. Malheureusement, il dégringole à la sortie de la maternité, et chute littéralement jusqu’aux 6 mois de l’enfant, puisque seulement 4 % des bébés sont encore allaités exclusivement à cet âge. L’allaitement est pourtant un bienfait énorme dans la vie de l’enfant, comme dans celle de la maman. Pour Maman, allaiter diminue le risque de cancer du sein, de dépression post-partum, active les contractions utérines qui permettent à l’utérus de retrouver plus rapidement une taille normale,… Pour bébé, cela lui donne une meilleure digestion, diminue les risques de maladies, d’allergies et d’obésité. C’est de plus un geste écologique car totalement naturel et garanti sans déchets ;).

Pour beaucoup, la reprise du travail joue un grand rôle dans l’arrêt de l’allaitement. Mais il y a également un manque d’information et d’accompagnement flagrant autour de cette pratique, malheureusement  sortie de nos mœurs. Pour certains, donner un biberon est beaucoup plus naturel que de donner le sein. A l’époque j’étais moi-même dans ce courant de pensée. Je ne voulais pas devenir une “vache à lait”, ni un “frigo”. C’est pendant ma grossesse que ma pensée a évolué. Plus je vieillis, plus je m’interroge sur l’ordre des choses. Je me suis rendue compte que tout est une histoire de culture.

Quand je vivais en Angleterre, les mœurs étaient radicalement différents sur certains sujets. Et quand je suis partie au Japon, j’ai fait exactement le même constat. En fonction de votre culture vous aurez un autre point de vue. Bref, en France l’allaitement n’a pas la cote. C’est même devenu un débat qui a créé des clans. Les Pros-Allaitantes VS les Anti-Allaitantes.  Cet article est fait sans jugement. Personne ne devrait se sentir obligé d’allaiter. Aujourd’hui nous avons d’autres options et le faire à contre coeur serait néfaste pour la mère et l’enfant. Mais je vous conseille quand même de vous renseigner sur le sujet avant de faire un choix, et pourquoi pas même d’essayer.

Voici donc quelques petits conseils pour vous aider si vous êtes dans cette démarche.

 

Préparez vous

 

Pour commencer, NE VOUS METTEZ PAS LA PRESSION ! Vous voulez absolument allaiter, c’est très bien ! Mais l’allaitement reste parfois difficile à mettre en place. Bébé n’arrive pas avec un mode d’emploi pour nous expliquer comment s’y prendre avec lui. Commencez le cœur léger ! “Si ça marche, tant mieux, mais si ça ne marche pas, tant pis.” Ne culpabilisez pas.

Beaucoup de facteurs vont entrer en jeu. Des aptitudes physiques (forme du sein, de la mâchoire, frein de la langue,…), des aptitudes mentales (motivation, dépression post-partum,…), et votre environnement (personnel formé, soutien famillial,…). Faites de votre mieux. Si cela devient trop compliqué pour vous, ne vous forcez pas. L’allaitement doit avant tout être un plaisir partagé entre la mère et l’enfant.

 

Faites vous accompagner

 

Avant votre accouchement, ne loupez pas une seule séance de préparation à l’accouchement. Trouvez-vous une sage-femme Pro-allaitement avec qui vous vous sentez à l’aise. C’est elle qui par la suite viendra vous rendre visite à votre domicile, et qui pourra vous aider à la maison pour continuer ce que vous avez commencé à la maternité.

Vous pouvez aussi vous inscrire sur le site de la Leche League qui propose des rencontres et des forums de discussion qui peuvent vous être très utiles.
Il existe aussi des consultantes en lactation. En général, ce sont des mamans allaitantes qui ont passé une formation pour aider d’autres mamans.

 

 

Tirez votre Lait

 

Je sais que le tire-lait ne donne pas très envie au premier abord. L’expression qui ressort souvent est : “se faire traire comme une vache”, ce qui, je suis d’accord, n’est pas très flatteur. Il n’empêche que cela peut parfois sauver un allaitement. Il peut arriver que les douleurs au mamelon soient trop fortes, que la mâchoire de bébé ne soit pas assez proéminente,… Tirer son lait permet quand même de stimuler le sein, de reposer le mamelon tout en nourrissant bébé. On peux tout à fait par la suite reprendre un allaitement normal.

Il en existe des électriques ou des manuels. Vous pouvez en acheter mais également les louer. Mais avant, je vous conseille de vous renseigner auprès de votre maternité ou de votre sage femme. En fonction de l’endroit ou du modèle que vous souhaitez, la location peut-être totalement remboursée par la sécurité sociale. Ne sachant pas cette donnée à l’époque, j’ai eu un dépassement d’honoraire de 200€ pour 10 mois. Renseignez vous bien.

 

 

Pensez aux gadgets magiques

 

Pendant l’allaitement il est utile parfois de “tricher un peu”. Voici quelques produits qui pourront vous être utile :

  • La lanoline. C’est un baume que l’on étale sur les mamelons. Cela laisse un film gras qui protège et apaise après une tétée. En fonction du produit utilisé, il vous sera nécessaire d’essuyer votre sein à chaque nouvelle séance. Au passage, une compresse de votre lait aura approximativement le même effet.

 

  • Les protège-mamelons (ou bout de sein en silicone). Ils sont très utiles lorsque vos tétons sont crevassés, endoloris ou physiquement peu proéminents. Dans l’idéal, ils ne doivent pas être utilisés à chaque tétée. Essayez régulièrement sans, peut-être que bébé y arrivera cette fois. Attention selon les marques, il existe des tailles ! Soyez vigilante lors de votre achat.

 

  • Le coquillage d’allaitement. Oui je parle bien d’un vrai coquillage ! L’idée est toute simple. Il faut le positionner sur votre mamelon, à l’intérieur de votre soutien-gorge. Il crée une petite coque protectrice qui empèche tout frottement entre les tétées. Le sein ne subissant plus aucune agression extérieur est totalement soulagé et cicatrise plus vite. Combinez le avec une compresse de lait maternel maternel et votre sein sera au paradis. C’est le gadget que j’aime le plus. C’est une amie qui m’en a parlé par hasard (merci Laura) et personnellement c’est ce qui a sauvé mon allaitement. Vous pouvez également en trouver en plastique. C’est moins cher et cela fonctionne tout aussi bien.

 

  • Le coussin d’allaitement. Vous allez me dire “ouais, un coussin c’est un coussin…” mais je vous assure que non ! Le coussin d’allaitement a une forme de fer à cheval qui permet bien des choses. Pendant la grossesse il est très utile pour dormir sur le côté. Bien positionné, il maintiendra parfaitement votre tête, votre ventre et vos hanches. A la naissance de bébé, il est un véritable allié pour l’allaitement. Une fois installé, ce coussin vous aidera à maintenir bébé dans une bonne position lors de la tétée. Il vous évitera de tirer sur vos bras et votre nuque. De plus, bébé sera directement confortablement installé pour faire une petite sieste s’il s’endort au sein.

 

Soyez disponible

 

L’allaitement est quelque chose qui se pratique à la demande de l’enfant. C’est-à-dire que cela peut être n’importe où et n’importe quand. Il faut donc vraiment être prête à accepter ces conditions et comprendre qu’une réelle relation fusionnelle va se créer avec l’enfant. Il sera totalement dépendant de vous. Les premiers jours, je vous conseille de rester dans des endroits familiers. Chez vous ou chez vos proches, des endroits où vous pouvez facilement vous mettre à l’aise et vous installer confortablement pour donner le sein à votre enfant. Progressivement, vous apprendrez à faire ça n’importe où.

 

 

Entourez vous

 

Après la naissance de bébé, le nouveau rythme de votre vie, le chamboulement de vos hormones et de vos émotions vous rendront vulnérable. La mise en place de l’allaitement à ce moment-là est très compliqué. Pour vous aider au maximum, faites attention à votre entourage. Gardez proche de vous les gens qui vous soutiennent. Évitez d’inviter Tata Chantal qui trouve que “de toute façon l’allaitement est une perte d’énergie, qu’avec le lait artificiel la femme est quand même plus libre et le père moins exclu”. Ou la mamie qui est absolument frustrée de ne pas pouvoir donner un biberon à son petit-fils. Mettez-vous dans votre bulle quelques jours avec des personnes qui vous aiment, vous soutiennent et ne vous jugent pas.

 

 

Reposez vous

 

L’allaitement d’un bébé est extrêmement fatiguant, et encore plus au commencement. J’ai lu un jour dans un article qu’allaiter son enfant équivaudrait à une heure de footing par jour. Je ne sais pas si cette information est vraiment exacte, ce que je peux vous dire en tout cas, c’est que la fatigue ressentie sera au moins équivalente. Tant que l’allaitement n’est pas totalement mis en place, restez au calme. Ce n’est pas le moment de préparer les 40 ans de bidule, ou d’inviter une quinzaine de personnes à manger. REPOSEZ-VOUS ! Faites le minimum de ménage, mangez des plats simples, rapides à cuisiner, dormez en même temps que bébé.

 

Pensez au Co-dodo

 

Dormir avec son bébé n’est pas une obligation pour réussir son allaitement, mais il faut quand même le dire, ça aide.  Sentir votre odeur stimulera bébé et lui donnera envie de téter plus facilement pendant la nuit. Vous n’aurez pas besoin de vous lever, bébé sera déjà là ! On se met sur le côté et on se rendort dans la minute. Et c’est beaucoup plus confortable ! Il y a plein de choses à dire et à expliquer sur le co-dodo. Un article arrivera prochainement sur ce sujet.

 

Voila ! J’espère que cet article saura vous aider, mais aussi vous motiver. Personnellement, j’ai allaité ma fille jusqu’à ses 19 mois. Malgré des débuts compliqués cela à été une extraordinaire aventure que je ne regrette absolument pas. Une fois l’allaitement mis en place, notre quotidien en a été simplifié. Du mal à dormir ? Une Tétée. Un gros chagrin ? Une Tétée. Bébé à faim mais vous êtes au plein milieu d’un magasin ou chez des amis ? Hop, on se met un peu sur le côté et Une Tétée ! Un vrai bonheur même si, je l’avoue, ma poitrine n’est plus exactement la même depuis. Si vous avez des questions ou si vous voulez partager votre expérience n’hésitez pas, cela profitera à tous.

 

 

Gwenn

 

A voir aussi : Ces phrases de votre enfance à éviter